Devenir autoentrepreneur : les formalités à suivre

Beaucoup rêvent de devenir son propre parton. Ceci est possible en devenant autoentrepreneur ou microentrepreneur. Ce statut vous permet d’exercer à votre propre compte, mais avec un régime simplifié que celui des entreprises. Toutefois, il faut préciser que le statut d’autoentrepreneur ne constitue pas une forme juridique, mais appartient au régime de l’entreprise individuelle. Le plus grand avantage de ce statut est de pouvoir cumuler des activités parallèles.

La déclaration d’activité

La première chose à faire est de déclarer votre activité. Vous pouvez effectuer une seule activité ou une activité mixte. Dans ce dernier cas, vous pouvez exercer de nombreuses activités. Toutefois, vous n’avez pas besoin de faire une déclaration par activité. Vous pouvez vous inscrire en tant qu’autoentrepreneur avec une seule entreprise. Il suffit de préciser l’activité principale. Pour jouir de ce statut, votre chiffre d’affaires HT annuel ne doit pas dépasser les 170 000 € pour des activités commerciales et 70 000 € pour des prestations de services ou des professions libérales dépendant des BNC et des BIC. Si vous dépassez ces plafonds, vous basculez automatiquement dans le régime d’entreprise individuelle. Les formalités pour être autoentrepreneur effectuées, vous êtes immatriculé au RCS dans le cadre d’une activité commerciale et au RM ou répertoire des métiers pour une activité artisanale.

Les obligations comptables

Parmi les obligations qui incombent à l’autoentrepreneur, il y a le service comptable. L’autoentrepreneur doit d’abord tenir un livre de recettes encaissées. Celui-ci comporte le montant et l’origine des recettes, le mode de règlement et la référence des pièces justificatives. Ensuite, vous êtes soumis à la facturation. Vous devez émettre une facture à vos clients lors d’une prestation ou d’une vente. Toutes les factures et les pièces justificatives doivent être conservées jusqu’à 10 ans après la clôture de l’exercice comptable. Votre facture doit comporter la mention « TVA non applicable » puisque le régime fiscal de l’autoentrepreneur est exempt de TVA. Enfin, vous devez avoir un compte bancaire à usage professionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *